Helio Print, l’héliogravure au service de l'impression de magazines et de catalogues à longs tirages

En acquérant en 2018 l’imprimerie H2D, rebaptisée Helio Print, Riccobono Imprimeurs a confirmé sa position de leader dans l’impression de presse quotidienne et magazine, mais aussi son intention de se développer dans l’imprimerie de labeur grâce à l’héliogravure.


L’objectif de cette acquisition visait à diversifier l’offre commerciale, en profitant notamment de synergies entre les capacités d’Helio Print, aussi bien en héliogravure qu’en impression offset dédiée principalement aux couvertures, et celles d’autres imprimeries offset Riccobono pour les cahiers. Cette synergie s’illustre par exemple avec l’impression du magazine Télérama : l’imprimerie News Print située à Lieusaint (77) en imprime les cahiers intérieurs, tandis qu’Helio Print se charge de réaliser les couvertures correspondantes.

Ce rachat a également permis :


de rapatrier l’impression de deux grands hebdomadaires français imprimés à l’étranger : Version Femina et Madame Figaro ;

de devenir un acteur de la sauvegarde d’un patrimoine industriel en Île-de-France en préservant l’activité d’un site fonctionnant à Mary-sur-Marne (Seine-et-Marne) depuis plus de 30 ans ;

de préserver près de 200 emplois.


Une technique d’impression de qualité supérieure et adaptée aux très gros tirages


Inventée en 1820, l’héliogravure est un procédé d'impression en creux, à l’inverse de la typographie qui imprime en relief. En d’autres termes, l’encre est retenue dans les alvéoles (creux) gravées sur un cylindre en cuivre, pas sur la surface ; ce sont donc la taille et la profondeur des alvéoles qui déterminent l’intensité du trait. L’absence de matrice rend l’impression plus précise et c’est l’une des raisons principales pour lesquelles l’héliogravure est particulièrement adaptée à la photographie d’art.


Un procédé minutieux de préparation


La préparation des cylindres d’héliogravure est cependant plus longue et plus compliquée que celle des plaques d’impression offset. Elle comprend deux phases principales. Dans la première phase dite de cuivrage, les cylindres sont plongés dans un bain de cuivre puis polis afin d’obtenir la dimension adéquate. Dans la deuxième phase, dite de gravure / chromage, qui nécessite près de deux heures, la couche de cuivre est gravée grâce à des têtes de diamant et ensuite chromée afin d’en durcir la surface.

Une fois gravés, les cylindres ne s’usent quasiment pas et peuvent imprimer un nombre presque illimité de copies. Cela présente un intérêt certain pour l’impression de magazines ou l’impression de catalogues publicitaires, dont les tirages peuvent se chiffrer en millions.


Une technique bien adaptée à la presse magazine et à l’impression de catalogues publicitaires


Alors qu’une imprimerie offset telle que News Print peut prendre en charge des tirages à partir de 20 000 exemplaires, Helio Print ne sera rentable qu’à partir de 200 000 à 300 000 exemplaires. Les économies d’échelle sont proportionnelles au nombre de tirages.

En connaissant une technique aussi avantageuse, on peut se demander pourquoi la presse quotidienne n’est pas imprimée en héliogravure. La réponse est simple : le temps. Pour une rotative offset, il faut compter une heure entre la réception des fichiers et le début de l’impression. L’héliogravure, vous l’aurez compris, nécessite plus de temps pour graver, accrocher les cylindres et caler les épreuves. Cela devient difficilement gérable lorsqu’on ne dispose que de quelques heures entre la remise des fichiers et le départ des premiers camions de livraison !


Lorsque la tradition rencontre la modernité : L’héliogravure chez Riccobono Imprimeurs


Après l’acquisition d’Helio Print, Riccobono Imprimeurs a investi 14 millions d’euros pour transformer l’imprimerie en centre de production global qui traite toute la chaîne de valeur. Elle permet ainsi d’éviter les ruptures de charge, de réduire les délais et de contenir les coûts.


Ce budget de transformation a compris :

la modernisation des rotatives d’héliogravure ;

la modernisation des rotatives offset 16 pages ;

  • la modernisation de l’ensemble des bancs de gravure cylindre ;

l’acquisition de chaînes de finition neuves automatisée, destinées à fabriquer les paquets et cartouches de produits finis et à réaliser l’encartage et la palettisation après l’impression ;

l’intégration et la modernisation d’HP Brochage, un atelier de brochage, qui gère l’assemblage des cahiers.


L’héliogravure, une technique traditionnelle avec des performances exceptionnelles


Tout ceci fait d’Helio Print l’un des deux seuls intégrateurs de France capables de fournir une prestation complète sur des volumes pouvant aller jusqu’à plusieurs millions d’exemplaires. Sur les huit sites Riccobono Imprimeurs en France, Helio Print est le premier en volumes d'impression.

Avec des ateliers qui tournent 24h sur 24, 6 jours sur 7 et déploient une capacité de 60 000 exemplaires par heure pour des impressions allant de 4 à 132 pages, l’imprimerie transforme 100 000 tonnes de papier par an en presse magazine et en catalogues pour la grande distribution.


Les grands rendements de l’héliogravure sont associés à une très grande flexibilité de formats


Les rotatives d'héliogravure peuvent accueillir des cylindres d’un diamètre pouvant aller de 800 à 1300 mm, et sont d’une laize de 3.08 mètres, divisibles en 12 bandes maximum. Cela permet d’imprimer une grande variété de formats de magazines et catalogues et représente donc un avantage majeur pour l’impression publicitaire.


L’approche environnementale reste au cœur des préoccupations


Le respect de l’environnement est une préoccupation majeure au sein des imprimeries Riccobono. Cet enjeu fondamentalement humain est pris en compte dans le fonctionnement de chacune des imprimeries et Helio Print ne déroge pas à la règle : l’entreprise détient les labels Imprim’Vert, PEFC et FSC. Helio Print applique également un protocole de gestion et suivi des déchets. Ainsi, les pellicules de cuivre et le chrome utilisés sur les cylindres d’impression sont recyclés et valorisés.


Après deux ans de reprise d’activité, où en est Helio Print ?


Dans un contexte difficile pour l’imprimerie de presse, Helio Print a su s’adapter en réduisant la complexité de la chaîne de production et les coûts pour ses clients. Deux ans après le rachat de l’imprimerie, les efforts de Riccobono Imprimeurs portent leurs fruits.

En 2020, l’imprimerie s’est vu confier l’impression de la totalité des 4,5 millions d’exemplaires de TV Magazine dont elle tirait déjà 20% des pages intérieures et 70% des couvertures.


Ce contrat représente l’aboutissement des engagements pris et réalisés par Guillaume Riccobono en 2018 lors du rachat :

un investissement de 14 millions d’euros dans la rénovation du site ;

la modernisation du parc de rotatives et l’intégration des activités de brochage et de routage ;

le rapatriement de l’impression de titres français imprimés à l’étranger ;

un volume d’impression de magazine de 65%, au-delà de l’engagement de 50 à 60% initialement prévu.

Vous voulez en savoir plus ? Contactez-nous !


> Découvrez Helio Print en vidéo